Rechercher
  • Philippe Loron

Découvrez ma première musique pour piano 2021

Dernière mise à jour : mars 17

Balade en ballade : entre promenade libre, parfois dansante, et genre musical en résonance. Voyez à la page Musiques en appuyant sur le bouton Musiques 2021 (après les quatuors à cordes).


Cette nouvelle composition musicale m'a inspiré une courte présentation visuelle à l'aide de deux vidéos libres de droit (Tomislav Jakupec sur Pixabay) que je mets sur Youtube.

Une balade-promenade libre et désinvolte, tantôt paisible, tantôt animée et qui se veut une ballade musicale (sans doute de gens heureux comme le disait la chanson). Le premier thème, récurrent, souligne un rythme syncopé qui alterne, avançant le pas de façon prédominante d'un pied ou bien de l'autre. Une aventure surgit au coin du rêve comme au tournant du chemin. La créativité prend le relais par des visualisations. Le piano virevolte au gré de la fantaisie qui jaillit parfois comme une improvisation ou au contraire comme un développement très cadencé.


Certes je ne prétends pas copier Frédéric Chopin dans ses quatre ballades : elles sont d'un bien autre niveau et lui-même savait les jouer avec virtuosité. Ici, je me suis contenté de créer la partition qui permet par le logiciel d'entendre les sonorités du piano. Quel réconfort pour qui ne sait pas jouer de cet instrument ! Quelle ressource de la technologie de pointe !


J'avoue que j'ose en abuser quand l'inspiration me vient. J'aimerais d'ailleurs que mes musiques aient aussi une vertu thérapeutique (peut-être ?).

La balade semble en tout cas être l'occasion d'admirer la nature à travers différents aspects : fleurs, papillons, rivières, bois et sous-bois, cascades, lacs parmi d'autres. Chacun se sentira à l'aise dans sa propre imagination. La musique peut susciter des images mentales mais ne les impose pas (et encore moins que la lecture d'une littérature descriptive).


Cet espace de liberté est très appréciable surtout quand s'y adjoignent d'autres sensations ou même des émotions, des sentiments, des aspirations. Cette rencontre intime de soi-même avec des archétypes nous enrichit intérieurement. Nous sommes dans le qualitatif et non pas le quantitatif. L'art sans être utilitaire peut émouvoir, transporter au-delà des apparences, voire apporter de la transcendance. Il doit être communiqué sans pour autant pouvoir plaire à tout le monde. Respectons en effet "des goûts et des couleurs" selon toute la palette de la diversité.


15 vues0 commentaire